RAPPORT MONDIAL
À L'AUDITION

 

Télécharger le rapport mondial de l'OMS sur l'audition PDF >>

La perte auditive a souvent été qualifiée de « handicap invisible », non seulement en raison de l'absence de symptômes visibles, mais aussi parce qu'elle a longtemps été stigmatisée dans les communautés et ignorée par les décideurs politiques.
La perte auditive non traitée est la troisième cause d'années vécues avec un handicap dans le monde. Elle affecte les personnes de tous âges, ainsi que les familles et les économies. On estime que 1 XNUMX milliards de dollars américains sont perdus chaque année en raison de notre incapacité collective à traiter adéquatement la perte auditive. Bien que le fardeau financier soit énorme, ce qui ne peut être quantifié, c'est la détresse causée par la perte de communication, d'éducation et d'interaction sociale qui accompagne la perte auditive non traitée.
Ce qui rend cette question plus urgente que jamais, c'est le fait que le nombre de personnes malentendantes est susceptible d'augmenter considérablement au cours des prochaines décennies. Plus de 1.5 milliard de personnes souffrent actuellement d'un certain degré de perte auditive, qui pourrait atteindre 2.5 milliards d'ici 2050. En outre, 1.1 milliard de jeunes risquent de souffrir d'une perte auditive permanente en écoutant de la musique à fort volume pendant des périodes prolongées. Le rapport mondial sur l'audition montre que des mesures de santé publique fondées sur des preuves et rentables peuvent prévenir de nombreuses causes de perte auditive.
Pour orienter les actions futures, le Rapport mondial sur l'audition décrit un ensemble d'interventions que les États membres doivent adopter et propose des stratégies pour leur intégration dans les systèmes de santé nationaux afin d'assurer un accès équitable aux services de soins de l'oreille et de l'audition pour tous ceux qui en ont besoin, sans difficultés, conformément aux principes de la couverture sanitaire universelle.
La pandémie de COVID-19 a souligné l’importance de l’audition. Alors que nous nous efforçons de maintenir un contact social et de rester en contact avec notre famille, nos amis et nos collègues, nous comptons plus que jamais sur notre capacité à les entendre. Cela nous a également appris une dure leçon, que la santé n'est pas un article de luxe, mais le fondement du développement social, économique et politique. Prévenir et traiter les maladies et les handicaps de toutes sortes n'est pas un coût, mais un investissement dans un monde plus sûr, plus juste et plus prospère pour tous.
Alors que nous réagissons et nous remettons de la pandémie, nous devons écouter les leçons qu'elle nous enseigne, notamment que nous ne pouvons plus nous permettre de faire la sourde oreille à la perte auditive.

Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus
Directeur général, Organisation mondiale de la santé