La conception d'un système d'aide auditive implique trois disciplines de la science appliquée: l'électrochimie, l'électrotechnique et l'ingénierie audio. Cet article s'intéresse à l'interface entre les deux premiers. Les batteries sont essentiellement des composants non linéaires. Des performances optimales ne sont réalisables que lorsque les exigences électriques de l'aide auditive correspondent étroitement à la tension, à la capacité de débit et à l'impédance de la batterie. Après des années d'optimisation, la pile bouton moderne «675» a acquis une acceptabilité universelle et est désormais utilisée dans la plupart des aides auditives «contour d'oreille». Lorsque plus de puissance est requise, la cellule «penlight» LR6 plus grande et moins spécialisée est généralement spécifiée. Une tension plus élevée peut conduire à une meilleure efficacité du circuit, et il y a une certaine pression pour introduire un produit à base de lithium 3 V. Le lithium devrait donner une densité d'énergie supérieure, mais il y a des problèmes qui restent à résoudre. En fin de compte, il est fort possible que le marché se contente d'une cellule métal-air à basse tension de longue durée écologiquement acceptable. Si tel est le cas, le récent système zinc-air pourrait bien avoir un avenir et pourrait vraisemblablement succéder à la fois aux cellules au mercure «675» et aux cellules alcalines «penlight».

Voir tous les produits

Afficher la barre latérale